Partagez
< RETOUR À LA CARTE
HistoireDocuments & actualité

Marseille

Marseille et l’hydravion partagent une histoire commune forte. Bénéficiant d’un plan d’eau exceptionnel avec l’étang de Berre – 20 km de long, 16,5 km de large et 6 mètres de profondeur –, la cité phocéenne a toujours été le site privilégié de l’hydraviation depuis le début du XXe siècle.

Un peu d’histoire

Marseille et l’hydravion partagent une histoire commune forte. Bénéficiant d’un plan d’eau exceptionnel avec l’étang de Berre – 20 km de long, 16,5 km de large et 6 mètres de profondeur –, la cité phocéenne a toujours été le site privilégié de l’hydraviation depuis le début du XXe siècle.

1910

L’hydraviation à Marseille connaît ses premières heures de gloire avec Henri Fabre (1882-1984), ingénieur et aviateur français, issu d’une famille d’armateurs marseillais, inventeur en 1910 d’un « aéronef marin » ou « hydro-aéroplane » – qui prend le nom « hydravion » en 1913 – qui fait son premier vol sur l’étang de Berre le 28 mars 1910, avec un décollage sur l’eau, un vol de 800 mètres et un amerrissage impeccable. L’hydravion « Canard » d’Henri Fabre propulsé par un moteur Gnome est alors commercialisé dès 1911, mais à court de financement, l’ingénieur cède son usine.

1923

En 1923, Marseille devient tête de ligne pour des liaisons commerciales vers Alger. Le 16 mai, Pierre-Georges Latécoère arrive à Alger sur un hydravion Lioré et Olivier H-13, en passant par Palma de Majorque pour ouvrir la liaison Marseille-Alger.

1926

La ligne régulière Marseille-Alger avec des hydravions SPCA 63 Météore et des Latécoère 21 s’organise du 11 septembre au 31 décembre 1926, sans être concluante, avec la Compagnie Aérienne France-Algérie dont Pierre-Georges Latécoère est administrateur. Une nouvelle série de vols d’essais est réalisée d’avril à octobre 1927, mais l’activité reste faible.

1928

La liaison ne devient régulière qu’à partir du 19 août 1928 avec la Compagnie Générale Aéropostale. Il est prévu trois voyages aller-retour par semaine. Le 22 octobre, l’hydravion CAMS 53, fabriqué par la Société des Chantiers Aéromaritimes de la Seine, est mis en service sur cette même ligne ; le service devient quotidien le 1er octobre 1929.

1932

En 1932, Jean Mermoz assure à plusieurs reprises la liaison Marseille-Alger sur CAMS 53. En septembre 1933, Air France prend le relais : des quadrimoteurs Lioré et Olivier H-242 remplacent les CAMS 53, secondés par des trimoteurs Breguet 530 Saigon en 1934. Et c’est précisément avec la mise en service des Lioré et Olivier H-242 que la ligne Marseille-Alger est ouverte aux passagers le 1er juin 1934.

1939

Lorsque la guerre éclate en 1939, la nécessité de maintenir les liaisons aériennes entre Marseille et Alger est reconnue. Ces liaisons se prolongent quelques semaines après l’armistice de juin 1940, sous le contrôle des autorités allemandes et avec des quadrimoteurs Lioré et Olivier H-246 qui, du fait de leurs performances, permettent les premières liaisons directes. La ligne s’arrête en novembre 1942, à la suite du débarquement allié en Afrique du Nord.